Ravageurs : prévention et traitements

Tous les gens rêvent d’embellir leur cour avec des plantes sans problème qui demeurent saines durant leur vie entière. Malheureusement, il est souvent difficile de conserver une beauté permanente à nos végétaux, car plusieurs ennemis sont susceptibles de mettre en péril le fruit de notre jardinage. Une maladie qui détruit le feuillage ou une colonie de chenilles qui passe à l’assaut sont des problèmes courants du jardinier.

Types d’ennemis pour nos plantes

Quatre principaux types d’ennemis peuvent endommager nos plantes en plus des conditions environnementales (le vent, la pluie, la grêle, la pollution, etc.) et des problèmes culturaux (un mauvais pH du sol, une carence nutritionnelle, une mauvaise rusticité, etc.)

Les insectes et les ravageurs qui sont relatifs à ce groupement zoologique :

  1. Les parasites suceurs, comme les pucerons, les parasites broyeurs tels les chenilles et les parasites du sol comme le ver gris;
  2. Les mammifères, comme les rongeurs ou les brouteurs;
  3. Les maladies causées par les bactéries, tels la pourriture molle de certains rhizomes, les champignons comme la tavelure et des virus;
  4. Les mauvaises herbes.

Quelques principes de base

  1. Les ravageurs ne deviennent nuisibles que si certaines conditions propices à leur prolifération prévalent, comme un manque de prédateurs bénéfiques.
  2. Dans toute lutte contre les maladies et les insectes, il vaut mieux prévenir que guérir.
  3. Nous devons lutter contre les ravageurs nuisibles d’une manière écologique pour ne pas détruire l’équilibre global et protéger notre environnement.
  4. Les plantes affaiblies ou stressées sont vulnérables aux maladies et aux insectes.
  5. Il est généralement plus facile de lutter contre un insecte que contre une maladie.

Prévention et gestion des ravageurs

  1. Inspecter régulièrement le jardin
    Il faut faire le tour de notre jardin au moins une fois par semaine pour vérifier des présences inhabituelles, des dommages aux feuilles ou tout autre signe de maladie.
  2. Bien cerner le problème
    Il est très important de bien cerner le problème lorsqu’il survient. On lutte différemment selon le type de ravageur. Ainsi, une maladie fongique se traite avec un fongicide alors qu’on intervient avec un insecticide si c’est un problème d’insectes.
  3. Rechercher la cause
    Des œufs, des fils ou des larves signalent la présence d’insectes. Des taches sur les feuilles peuvent être le résultat d’une attaque de champignons, mais aussi d’un problème de culture. Renseignez-vous auprès de votre marchand Passion Jardins; il saura vous aider à trouver la cause (prévoyez des photos!).
    Traiter le problème
    Une fois que la source de notre problème est identifiée, nous pouvons passer à l’attaque avec un insecticide (produit ayant la propriété de tuer les insectes) ou un fongicide (substance apte à détruire les champignons)

Voici les étapes :
1. Choisir une méthode de traitement
2. Vérifier si son utilisation règle le problème
3. Répéter le traitement ou changer de méthode si celle-ci s’est avérée inefficace.

  1. Lutte préventive
    La prévention est la meilleure stratégie d’intervention, car elle réduit au maximum la nécessité d’avoir recours à des pesticides dangereux pour nous et notre environnement.

Propreté du jardin

Les plantes mortes ou infestées d’insectes doivent être éliminées. À l’automne, les tiges mortes des plantes et les débris sur le sol doivent être ramassés pour qu’ils ne servent pas d’abris d’hibernation aux insectes.

Utilisation de plantes répulsives

L’utilisation de certaines plantes compagnes éloigne certains prédateurs ou minimise leurs dégâts. Ainsi, l’odeur des herbes et des plantes, comme l’ail, le basilic, la lavande, le thym et les œillets d’Inde, masquent la présence de l’aliment préféré au prédateur.

Connaissance des alliés

La prédation joue un grand rôle pour garder un équilibre global qui empêche certains insectes de devenir en trop grand nombre et dévaster ainsi nos plantes ornementales. Deux batraciens, la grenouille et le crapaud, mangent beaucoup d’insectes nuisibles, comme les limaces sous nos hostas, les perces-oreilles, les vers gris, plusieurs chenilles, etc. Il faut donc les protéger si nous avons la chance d’en héberger un ou plusieurs spécimens. Même s’ils inspirent répulsion et dégoût à certaines personnes, il faut les voir sous un autre regard et les garder comme alliés. Ils ont à leur compte la destruction de millions d’insectes par jour. Plusieurs insectes sont aussi des prédateurs utiles, comme les coccinelles, les araignées et les mille-pattes. Apprenons à les connaître et protégeons-les.

Stérilisation des produits de jardinage

Si l’on effectue des tailles sanitaires, il est très important de stériliser notre sécateur ou notre scie avec un produit comme l’alcool à friction pour ne pas disséminer les maladies.

Bonne fertilisation

Une application de compost chaque année renforce les plantes pour qu’elles puissent lutter efficacement contre les agressions.

Marc de café (résidu du café une fois infusé)

Le marc de café a la réputation d’être un répulsif efficace contre certains insectes. Il est déposé au pied des plantes. Ainsi, il éloigne des insectes comme les pucerons et les fourmis, en créant une barrière olfactive.

Cendre

Déposée sur le sol, la cendre de bois empêche les ravageurs rampants, comme les limaces et les escargots, de s’approcher de nos plantes.

Coquilles d’oeuf

Les coquilles d’œuf émiettées forment une barrière contre les escargots et les limaces.

  1. Lutte directe

Piégeage des insectes

Le piégeage des insectes est une technique efficace et non polluante avec laquelle nous avons avantage à devenir de plus en plus familiers. À ce titre, l’utilisation des pièges collants est un moyen de lutte efficace. Ils ont un grand pouvoir attractif et sont non toxiques. Par exemple, un piège collant de couleur jaune exerce un pouvoir de séduction irrésistible sur les pucerons. Ces pièges peuvent être aussi blancs, bleus, rouges ou verts. On les installe près des feuillages des plantes. Les insectes volants s’y collent et y demeurent prisonniers. En plus d’en détruire une quantité considérable, nous pouvons déceler l’augmentation ou la diminution du nombre de ravageurs présents dans notre environnement.

Élimination de la partie infectée

On peut sectionner les parties infectées d’un arbre ou d’un arbuste et les détruire par le feu ou en les jetant à la poubelle.

La « petite vache » : excellent fongicide

La « petite vache » (bicarbonate de soude ou NaHCO3) peut être utilisée comme fongicide au jardin. Ce produit n’est pas toxique et est biodégradable. Le traitement est efficace autant en prévention que lorsque les premiers symptômes apparaissent. Cependant, il doit être hebdomadaire pour être efficace. Bien entendu, parfois il ne fait que retarder l’apparition des champignons si les conditions optimales du développement de ces champignons sont présentes, comme des pluies continuelles ou des épidémies.

Recette recommandée :
4 litres d’eau
10 grammes (1 c. à table) de bicarbonate de sodium
40 ml (2½ c. à table) d’huile horticole ou de savon doux

Savon

Une cuillerée à soupe de savon à vaisselle que l’on mélange à un litre d’eau donne une solution efficace pour lutter contre les insectes sans carapace, principalement les insectes suceurs.

Tabac

On mélange 10 grammes de tabac dans deux litres d’eau et on fait bouillir. Ensuite, on filtre le mélange dans un linge fin avant de pulvériser la solution obtenue.

Bière

Les limaces et les escargots raffolent de la bière au point de s’y noyer. Il suffit donc d’en déposer au fond d’un récipient à moitié enterré.

Alcool à friction

Un coton-tige imbibé d’alcool à friction nous aide à déloger les cochenilles des feuilles et des tiges.

Vinaigre

En arrosant nos plantes avec un mélange composé de vinaigre blanc et d’eau, on peut venir à bout de certains insectes.

Recette recommandée : un litre d’eau, une cuillerée à soupe de vinaigre et une cuillerée à soupe de savon liquide.

Eau chaude

On peut tenter d’inonder un nid de fourmis avec 10 litres d’eau chaude que l’on mélange avec 10 cuillerées à soupe de savon.

Huile pour bébé

Recette recommandée : 2 cuillerées à soupe d’huile pour bébé, 1 cuillerée à soupe de savon, 1 cuillerée à thé de bicarbonate de soude et 1 litre d’eau. Il est recommandé de rincer le feuillage 15 minutes après l’application avec de l’eau.

Huiles horticoles

Ces dernières années, on parlait toujours d’huile de dormance, en ce sens que ces huiles étaient lourdes et ne pouvaient être appliquées que lorsque les arbustes et les arbres étaient au stade dormant, donc lorsque les bourgeons n’étaient pas éclos et qu’il n’y avait aucune trace de feuillage. Des huiles plus fines nous permettent d’appliquer ce pesticide autant au printemps qu’en été.

Ces produits sont peu coûteux et peu nocif pour l’environnement. Il suffit de vérifier la liste des végétaux qui apparaît sur les étiquettes d’emploi pour s’assurer que ceux-ci ne subissent pas de dommages, car certaines plantes sont vulnérables à ces applications.

  1. Traitements à risque réduit

Insecticides à base de pyrèthre

La pyrétrine contenue dans le pyrèthre est efficace pour lutter contre les larves et les insectes à peau molle. En fait, elle les détruit en les paralysant, mais les repousse aussi. On l’applique en fin de soirée.

Insecticides à base de roténone

La roténone tue les insectes en les atteignant et, si ceux-ci absorbent cette substance, ils en meurent.

Huile de Neem

Ce liquide huileux, obtenu du margousier, s’avère un précieux insecticide. On peut mélanger 2 cuillerées d’huile de Neem pure dans 4 litres d’eau pour lutter contre des insectes, comme l’araignée rouge.

Utilisation de pesticides chimiques

L’utilisation de pesticides est une solution de dernier recours. Cependant, quand il le faut, nous sommes mieux d’employer le bon moyen tout de suite, car plusieurs produits dits biologiques, ne tuent pas seulement les « mauvais insectes », mais aussi les « bons ». Des insecticides et des fongicides chimiques utiles existent sur le marché lorsque les moyens biologiques et culturaux échouent. Vous n’avez qu’à consulter votre marchand Passion Jardins, et il vous guidera vers de bons choix.