Préparer le sol avant la plantation en trois étapes faciles

Le secret pour avoir des végétaux en santé, et qui vont le rester pour plusieurs années, demeure les amendements qu’on incorpore au sol avant la plantation. Le sol en place, même s’il est de bonne qualité, a toujours besoin d’être amélioré.

Qu’est-ce que l’amendement?

L’amendement est l’opération qui consiste à bonifier les propriétés physiques (aération) et biologiques (éléments nutritifs) du sol par des composantes organiques sous diverses formes. Le travail du sol offre une meilleure distribution de l’eau, de l’air et des éléments nutritifs indispensables à la croissance des végétaux. L’ajout de matières organiques permet aux plantes de bien s’implanter, de développer un bon système de racines et de se prémunir contre les attaques en étant plus compétitives face aux mauvaises herbes et aux ravageurs.

Quel est le meilleur moment pour le faire?

Toute surface qui recevra des plantations de manière intensive, comme une plate-bande ou un potager, a besoin d’être travaillée idéalement au printemps, mais cela peut aussi se faire plus tard en saison. L’important est de ne pas travailler le sol lorsqu’il est gorgé d’eau pour éviter la compaction.

Vous ne savez pas par où commencer pour y arriver? Pas de panique il suffit de suivre ces trois étapes faciles :

1ère étape : Travailler la terre

Retournez la terre sur une profondeur de 45 à 50 cm à l’aide d’une bêche ou d’un motoculteur rotatif (pour les grandes surfaces). Profitez de l’occasion pour débarrasser le sol des racines et des mauvaises herbes, des roches, etc. Ensuite, à l’aide d’un sarcloir, on brise les mottes pour ameublir (fragmenter) le sol.

2e étape : Incorporer les amendements

Incorporez les amendements. Nous vous recommandons ce mélange pour de meilleurs résultats : compost, tourbe de sphaigne, fumier et engrais sur les 10 à 15 premiers centimètres.

Le compost et le fumier sont des sources de nutriments semblables, mais qui ne se décomposent pas en même temps, ce qui prolonge les qualités nutritionnelles du sol. Le fait de varier les types de composts dans l’amendement enrichit donc le sol sur une plus grande période. Ces composts sont mélangés en parties égales et, plus le menu est varié, plus le sol sera fertile. Une couche de 8 à 10 cm de matière organique est recommandée.

Ajoutez à cela de l’engrais d’os moulu ainsi qu’un engrais enracineur selon les recommandations des fabricants.

Pour les sols argileux ou lourds, il est idéal d’y ajouter du compost forestier en suppléments aux autres amendements. Il est également important pour ces types de sols de surélever légèrement les sites de plantation (potager, plate-bande, plante isolée) pour réduire les risques d’asphyxie des racines.

3e étape : Niveler le sol

Lorsque tous les amendements ont été ajoutés, ratissez la surface pour l’égaliser le mieux possible. Le nouveau sol a besoin de se reposer (tassement naturel du sol) avant de faire les plantations et de le mettre au travail.

Vous avez envie d’en savoir davantage sur la fertilisation? Consultez l’article suivant dès maintenant!