Les bons moments de la taille: Arbustes et Arbres

par Rock Giguère

Les arbustes et les arbres se développent mieux si on n’intervient pas et qu’on les laisse pousser naturellement.

Cependant, les plantes ligneuses exigent parfois de l’élagage, que ce soit pour enlever une branche encombrante, limiter leur expansion ou aérer et densifier leur ramification. Parfois, une taille adéquate assure une bonne récolte de fruits ou la bonne santé de la plante.

Plusieurs techniques destinées à conduire les végétaux au cours de leurs diverses phases de croissance sont possibles. L’important, c’est d’effectuer le bon geste au bon moment.

Éviter le désappointement

La taille est parfois une source de désappointement pour les propriétaires d’un arbre ou d’un arbuste. La principale déconvenue est que la plante ligneuse ne fleurit pas comme prévue, car on a taillée ses bourgeons floraux. Il faut donc procéder à la taille lors de la période optimale pour ne pas endommager notre plante ou perdre sa floraison.

La taille des arbustes qui fleurissent sur le bois de l’année précédente :

Certains végétaux ligneux produisent une floraison printanière sur le bois de l’année précédente, c’est à dire que les bourgeons floraux sont déjà présents au printemps. La taille de ceux-ci s’effectuent tout de suite après la floraison. En voici quelques exemples :

  • l’aronie à fruits noirs (Aronia melanocarpa)
  • le daphne (Daphne)
  • la forsythie (Forsythia)
  • l’hydrangée ou hortensia à grosses feuilles (Hydrangea macrophylla)
  • le chèvrefeuille (Lonicera)
  • le rhododendron (Rhododendron)
  • les spirées à floraison printanière, comme la spirée à feuilles dentelées (Spiraea arguta), la spirée de Vanhoutte (Spiraea vanhouttei). La spirée japonaise (Spiraea japonica) peut se tailler au printemps de bonne heure, présentant une floraison estivale.
  • le sureau (Sambucus)
  • le lilas (Syringa)
  • le weigelie (Weigela)

La taille des arbustes qui fleurissent sur le bois de l’année :

Les végétaux ligneux qui produisent leur floraison sur le bois de l’année, donc sur les nouvelles pousses qui sont émises au début de la belle saison, sont taillés au printemps. En voici quelques exemples :

  • la clèthre à feuilles d’aulne (Clethra alnifolia)
  • l’arbre à boucane ou arbre à perruque (Cotinus coggygria)
  • la potentille frutescente (Dasiphora fruticosa, Syn. Potentilla fruticosa)
  • l’hydrangée arborescent ou hortensia arborescent (Hydrangea arborescens)
  • l’hydrangée ou hortensia paniculé (Hydrangea paniculata)
  • le rosier hybride de thé
  • le rosier florifère (Rosa floribunda)
  • le rosier à grandes fleurs (Rosa grandiflora)
  • le sorbaria à feuilles de sorbier (Sorbaria sorbifolia)
  • la spirée japonaise (Spiraea japonica)

La taille d’un arbre

Le moment idéal pour tailler un arbre est durant sa période de dormance, donc avant l’ouverture des bourgeons au printemps, car la cicatrisation commence alors tôt. On peut aussi procéder assez tard à l’automne, mais alors le processus de cicatrisation ne sera pas terminé avant l’hiver. Il faut éviter de le faire en janvier et en février.

Certains arbres laissent échapper une grande quantité de sève au printemps. Aussi, on recommande pour ces essences, de tailler au milieu de l’été.  Voici quelques exemples :

  • les érables (Acer)
  • les bouleaux (Betula)
  • les noyers (Juglans)
  • les saules (Salix)
  • les tilleuls (Tilia)

La taille d’un arbre fruitier

On laisse les tailles complexes aux professionnels. Un temps idéal est le printemps avant le débourrement des bourgeons, parce qu’à ce moment on voit bien la charpente de l’arbre à travailler. On enlève les branches qui s’entrecroisent et se blessent, on taille les branches mortes ou endommagées et enfin on restreint la hauteur et la largeur si désiré. Des tailles légères et régulières sont meilleures pour un arbre fruitier que des tailles sévères et occasionnelles qui sont souvent rendues nécessaire après un laisser-aller.