La dictature des antioxydants

Par Bertrand Dumont

Si vous vous intéressez de près à votre santé, il n’y a pas un jour qui passe sans que l’on vous parle des bienfaits des antioxydants. Antioxydants par-ci, antioxydants par là! Les entreprises pharmaceutiques vous proposent même des antioxydants en pilules. Pourtant, les plus récentes études démontrent que les antioxydants contenus dans les légumes sont plus « efficaces » que ceux proposés sous forme de comprimé. Alors, pourquoi ne pas faire de votre potager ou de votre jardin fruitier d’inépuisables sources d’antioxydants?

C’est quoi? Ça marche comment?

Les antioxydants sont en fait une panoplie de substances chimiques qui sont considérées comme des boucliers naturels contre les maladies (cancer, maladies cardio-vasculaires, etc.). Dans les faits, ils empêchent le sale boulot des radicaux libres, des substances nocives, inhérentes à notre organisme, qui endommagent nos cellules saines en les « oxydant ». Les bioflavonoïdes, les caroténoïdes, le sélénium et les vitamines C et E, les principaux antioxydants, entravent l’oxydation des radicaux libres et donc leurs dégâts potentiels.

Une réserve (presque) inépuisable d’antioxydants

C’est du côté des arbustes fruitiers, souvent appelés petits fruits, que l’on trouve les végétaux avec les plus hautes teneurs en antioxydants.

C’est le cas des amélanches, des bleuets, des camerises, des canneberges, des cassis, des fraises, des framboises, des gojis, des groseilles à grappes ou à maquereau, des mûres des jardins et des prunes qui ont tous des teneurs très élevées en antioxydants. Plus les fruits sont rouges, bleus ou noirâtres, plus cette teneur est grande.

Les abricots, les cerises à fruits aigres, les pommettes et les raisins rouges ont une chaire assez riche en antioxydants. Par contre on trouve cette substance chimique dans la pelure des pêches, des nectarines, des poires, des poires asiatiques et des pommes. Dans ce cas aussi ce sont les fruits les plus rouges qui ont les teneurs les plus importantes.

Les cerises à fruits doux, malgré leurs couleurs, sont les fruits qui en contiennent le moins. Les noix et noisettes en renferment aussi.

La plupart des petits fruits sont faciles à cultiver. Ils demandent avant tout du soleil et plus ou moins d’eau selon les espèces. Passée la reprise, leurs besoins en fertilisation sont plutôt minimes. Si vous prenez soin de sélectionner les variétés résistantes aux insectes ravageurs et aux maladies, il est facile d’obtenir des fruits sans l’utilisation de pesticides. Ces petits fruits peuvent facilement prendre la place des arbustes dans votre aménagement. La seule chose que vous devez prévoir, c’est qu’ils resteront accessibles pour la cueillette. Vous pouvez même les cultiver sur un balcon. En effet, il existe des variétés naines de bleuets, de cassis, de framboises, de groseilles à grappes et de mûres des jardins. Canneberges et fraises sont naturellement petites.

Les arbres fruitiers, particulièrement ceux qui sont rustiques, gagnent à être plantés dans votre aménagement paysager. Il faut juste que vous leur laissiez un espace suffisant pour réaliser vos opérations de taille (si nécessaire) et la cueillette.

Pas mal aussi chez les légumes

Plusieurs légumes offrent de très belles concentrations en antioxydants. Il s’agit de l’ail, des aubergines (dans la pelure), des brocolis, des choux rouges, des citrouilles, des courgettes, des haricots secs, des poireaux, des poivrons rouges ou jaunes et des piments.

Les artichauts, les asperges, les bettes à carde, les betteraves, les carottes, les oignons, les pak-choïs et les tomates sont moyennement riches.

Les moins riches, qui en contiennent tout de même un peu, sont les concombres, les laitues ou le mesclun à feuilles rouges et les radis.

Le thym, l’origan, la sauge, le basilic, la ciboulette, le persil, la coriandre et la sarriette d’été sont plus ou moins riches en antioxydants.

Vous pouvez cultiver tous ces légumes en association dans vos platebandes, en contenant ou, bien entendu, dans votre potager.

Cueillir, manger : c’est meilleur

Vous pourriez vous dire : « Pourquoi cultiver tous ces fruits et légumes alors que les épiceries en sont pleines? » Bien sûr il y a le plaisir de jardiner, d’obtenir vos propres résultats, de choisir les variétés que vous aimez le plus au goût ou pour cuisiner, ou encore de simplement passer du temps à l’extérieur. Toutefois il y a un argument de poids qui milite pour que vous fassiez une production maison. En effet, dès que vous détachez les fruits ou légumes-fruits de la branche où ils poussaient, ou vous coupez vos légumes-feuilles ou les fines herbes, leurs teneurs en vitamines, en minéraux et en antioxydants commencent à diminuer. En les cueillant et en les consommant presque immédiatement, vous n’aurez presque aucune perte. Vous bénéficiez alors des 100 % de leurs pouvoirs antioxydants.

Afin de sélectionner les variétés qui conviennent le mieux à votre jardin, adressez-vous aux coachs de jardin de la jardinerie Passion Jardins de votre région.